Appelée également « Phlébite », la thrombose veineuse est due à l’apparition d’un caillot sanguin au niveau d’une veine. Elle affecte généralement les jambes, dont 90 % des cas concernent la thrombose veineuse du mollet et de la cuisse. La phlébite dite superficielle révèle des signes douloureux, mais ne présente aucune gravité. Toutefois, elle peut s’évoluer en thrombose veineuse profonde qui est connue par les éventuelles complications notamment l’embolie pulmonaire causant la mort dans près de 20 % des cas.

 

Qui sont les personnes les plus touchées par la thrombose veineuse ?

Toutes personnes, dont la mobilité connait une diminution considérable sont sujettes à une thrombose veineuse. L’immobilité peut être causée par des maladies, des accidents, d’une paralysie, de la mise en place d’un plâtre ou d’autres. Pour certaines personnes, le risque d’atteintes des symptômes de la thrombose veineuse est plus important. On peut citer, comme exemple, les personnes, dont l’âge dépasse les 75 ans, les obèses, les femmes prenant des produits contraceptifs, les personnes ayant été victimes d’un infarctus du myocarde ou d’un accident vasculaire cérébral, les femmes enceintes et les fumeurs.

 

Quand peut-on dire qu’une personne est victime d’une thrombose veineuse ?

Une thrombose veineuse superficielle entraîne une rougeur, une douleur au toucher et une sensation de chaleur au niveau de la partie touchée. Tandis que, pour une phlébite profonde, une douleur extrême peut être ressentie au niveau du mollet ou de la cuisse. En cas de fort bouchage de la circulation sanguine par le caillot, le membre touché se gonfle avec une peau tendue et teintée bleuâtre ou blanchâtre. Ces signes font appel à l’intervention immédiate d’un médecin. Il faut éviter le massage sur la partie douloureuse afin d’éviter le détachement du caillot de la veine.

 

Quels sont les principaux facteurs de la phlébite ?

En général, trois principales causes favorisent la formation de la thrombose veineuse notamment la « stase » qui désigne le ralentissement du flux sanguin, les lésions au niveau de la paroi intérieure de la veine et l’accroissement des facteurs accentuant la coagulation du sang.

 

Est-ce qu’il est possible de prévenir la phlébite ?

Afin d’éviter la thrombose veineuse, des précautions sont à prendre surtout en cas d’immobilisation. À la suite d’une intervention chirurgicale, il faut veiller à ce que la circulation sanguine se fait à la meilleure manière en effectuant la marche le plus tôt possible. Le médecin prescrit généralement de traitement à titre préventif notamment l’antithrombotique. Quant aux personnes présentant de risque d’hémorragie, la prévention est basée sur la recommandation de bas de contention. Une personne peut également être victime de la phlébite, suite à un voyage. Face à cela, des précautions ne doivent pas être omises notamment le port de bas de contention de classe II, les exercices de pieds et le port de vêtements adaptés. Il faut aussi boire suffisamment de l’eau durant le voyage.

 

Que faire pour bien traiter la thrombose ?

Pour la phlébite superficielle, le traitement repose sur certains gestes et exercices corporels : se reposer, surélever le membre touché, appliquer de l’eau tiède sur la zone à l’aide de compresses (2 à 3 fois par jour). Il est aussi possible de prendre des médicaments anti-inflammatoires. Dans la mesure où une thrombose veineuse profonde est constatée, le médecin prescrit des médicaments anticoagulants, dont le traitement peut durer jusqu’à quatre semaines. Les injections peuvent être accompagnées des anticoagulants par voie orale comme l’antivitamine K ou AVK. Outre les traitements à base de médicaments, le médecin peut recommander des bas de contention de classe III que le malade porte durant au minimum deux mois.

 

Add Comment

Required fields are marked *. Your email address will not be published.

Anti-Spam Quiz: